Tu m'aimes ? Moi non plus !, poème inspiré du film Tout peut arriver

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

TU M'AIMES ? MOI NON PLUS !

Poème  inspiré  du  film : " Tout peut arriver " de  Nancy Myers

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

tout_peut_arriver_photos2




L
a soixantaine bedonnante,

Le spectre "andropause" qui guette...

C'est l'appréhension permanente,

A l'étage de la braguette !



tout_peut_arriver_photos3







Grâces soient rendues au Dieu Pan,

Jusqu'à ce jour, pas une panne !

L'outillage vif et pimpant,

Je rassasie les nymphomanes.




tout_peut_arriver_photos1







Est-ce mon sourire enjôleur,

Ou mes œillades assassines ?

Les jeunes beautés en chaleur,

Sentent monter l'adrénaline,




tout_peut_arriver_photos4







Dès la seconde fatidique,

Où mon regard d’aigle royal,

Fond leur timidité pudique,

En une fureur cannibale.




tout_peut_arriver_photos5







Elle se prénomme Marine,

Bouche gourmande, croupe altière !

Du répondant sur la poitrine,

Une riche villa côtière…





tout_peut_arriver_photos6







Voilà qui est du pain béni,

Fort délicate gourmandise,

Pour un Géronte racorni,

Dont la libido agonise.





tout_peut_arriver_photos7







Le ciel est pur, la mer est calme,

Le lit attend l’étreinte folle.

Et soudain la bombe au napalm :

Le palpitant lâche et s’étiole !





tout_peut_arriver_photos8







C’est entre les mains d’un bellâtre,

Qui plus est, docteur émérite,

Que présentement je folâtre,

Pour, je l’espère, un court transit.




tout_peut_arriver_photos10







Adieu ma belle et ses appâts !

Ce blanc-bec, suppôt d’Hippocrate,

Confie ma vie ou mon trépas,

Aux mauvais soins d’une autocrate,





tout_peut_arriver_photos9







La cinquantaine cafardeuse,

Mère de la fraîche ingénue,

Aussi complaisante et gracieuse,

Qu’un authentique gratte-cul !




tout_peut_arriver_photos11







Tandis que l’avenant Cerbère,

Tricote la touche finale,

D’une pièce crépusculaire,

Où l’homme est un être infernal,





tout_peut_arriver_photos12







Je trompe ma neurasthénie,

De vieux débris abandonné,

En lorgnant sur l’anatomie,

De cette écrivaine bornée.





tout_peut_arriver_photos14







Nonobstant son humeur glaciaire,

Je reconnais sans barguigner,

Que sa fesse est hospitalière,

Son buste bien mamelonné.




tout_peut_arriver_photos13







Trois jours de cohabitation,

La retenue d’un gentleman,

Un pan de la banquise fond,

Et l’ombre de Cupidon plane !




tout_peut_arriver_photos15







L’embarras dans les galipettes,

Que l’amant soit jeune ou chenu,

Ne tient pas tant à sa courgette,

Plus ou moins dignement charnue,

tout_peut_arriver_photos16







Mais dans une obsession majeure,

Propre à tous les Casanova :

Mettre les voiles en douceur,

Au terme de la bamboula !

tout_peut_arriver_photos17







Malgré les ans et la pratique,

Ce moment toujours délicat,

Laisse une effluve méphitique,

A mon très sensible odorat.

tout_peut_arriver_photos18







Sur l’écran de mon avenir,

S’estompent les blanches nymphettes,

La cavalcade des soupirs,

L’exigence de la conquête.




tout_peut_arriver_photos19







Une ombre pure se dessine,

Parée de chatoyants atours,

De mon mal, sûre médecine :

La permanence dans l’amour…






23/12/2004           
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.