Tunnel, (Teo-neol), film de Seong-hun Kim

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Tunnel ",  

 ( Teo-neol ),       2016,

de : Seong-hun  Kim,

avec : Jung-woo Ha, Doona Bae, Dal-su Oh,

Musique : Mok Young-jin

*******

tunnel

 

Ne pas lire avant d'avoir vu le film

    Lee Jung-soo (Jung-woo Ha) est employé chez Kia motors. En rentrant chez lui par la route, il se retrouve coincé dans un tunnel récemment ouvert qui s'est effondré. Les sauveteurs se mettent en place, mais le travail de déblaiement se révèle plus que difficile...

    Dans la veine des films claustrophobiques, cette création coréenne joue sur deux tableaux. D'une part, bien entendu, sur celui du sauvetage, particulièrement ardu tant en raison des conditions météorologiques que des problèmes de localisation de la victime, et, conjointement de la survie héroïque du malheureux enseveli. Le réalisateur parvient, avec quelques difficultés parfois, à rendre profondément authentique et éprouvante cette emmurement de trente cinq jours. Sans être aussi radical que le destin de Paul Conroy dans "Buried", celui de Jung-soo ne peut que bouleverser intensément, aussi bien sur le plan émotionnel que sur celui du ressenti physique.

    D'autre part, le drame individuel se double d'une satire au vitriol de la politique économique de la Corée du sud. Ce pays que nous connaissons principalement en Europe comme une pépinière de sociétés technologiques innovantes, au premier rang desquelles brille LG, révèle ici sa face sombre, avec une corruption qui gangrène les infrastructures du pays, au point de mettre en péril permanent les utilisateurs (60% des tunnels seraient défectueux !). Le terme 'horriblement drôle' convient assez bien à la manière dont le film dépeint ces responsables politiques (l'hélicoptère qui vient chercher le blessé doit attendre quelques minutes car la Ministre n'est pas encore arrivée !), mais aussi ces journalistes avides de sensationnel dont l'inconscience humaniste donne parfois autant envie de rire que de vomir.

    Même si l'oeuvre comporte quelques longueurs, elle n'en constitue pas moins une intéressante approche multi facettes du film catastrophe made in Corée.

Film sur IMDB

 Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.