Westworld, Saison 1, série de Jonathan Nolan...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Westworld ",    Saison 1,       2016,

de : Jonathan  Nolan..., 

avec : Evan Rachel Wood, Thandie Newton, Ed Harris, James Marsden, Anthony Hopkins, Jeffrey Wright, Sidse Babett Knudsen,

Musique : Ramin Djawadi

*******



Saison 2

Ne pas lire avant d'avoir vu la série


   
Westworld est un gigantesque parc d'attractions recréant l'époque du far-west avec un réalisme d'autant plus hallucinant que les 'hôtes' qui accueillent les visiteurs ont une apparence humaine parfaite. Il y a là Dolores Abernathy (Evan Rachel Wood), Maeve Millary (Thandie Newton), Teddy Flood (James Marsden), et des centaines d'autres personnages qui, chaque jour, jouent le rôle pour lequel ils ont été programmés. Mais quelques bugs plus ou moins légers commencent à se manifester...

    En 1973, Michael Crichton avait créé dans son "Westworld" l'histoire d'un robot qui progressivement se détraquait au sein d'une attraction futuriste. Les créateurs de la série présente se sont inspirés de ce sujet et l'ont métamorphosé en une captivante parabole sur l'humanité et sa quête d'identité. La richesse qui se développe au fil des épisodes de cette première saison a de quoi donner le tournis, et désarçonne le mental qui cherche à mettre au clair les multiples niveaux de lecture et de compréhension.

    Il y a bien sûr le premier palier. Celui des 'visiteurs' qui, pour une somme rondelette, acquièrent le droit d'assouvir leurs fantasmes, leurs désirs enfouis, leurs pulsions sadiques, sans que quelque frein que ce soit n'intervienne pour stopper leurs délires. Le principal représentant de cette race abjecte (dans laquelle on n'a pas de peine à reconnaître les 'touristes sexuels' qui souillent les pays exotiques) est Jimmy Logan (Ben Barnes) qui, accompagné de son beau-frère William (Jimmi Simpson), va peu à peu, au fil des événements, révéler à celui-ci son véritable visage.

   De l'autre côté de la 'frontière', se dressent les programmeurs. Ces personnalités plus ou moins troubles, aux motivations diverses, qui, du sensible Bernard Lowe (Jeffrey Wright) au pernicieux Robert Ford (Anthony Hopkins), en passant par la glaçante Theresa Cullen (Sidse Babett Knudsen), organisent, conçoivent, adaptent les différents scénarios et installent leurs 'créatures' dans des situations toujours plus complexes.

    Mais, au-delà de ce dualisme d'autant plus captivant que les frontières entre 'réel' et 'artificiel' sont infiniment ténues, se dessine toute une structure sous-jacente dont le spectateur devine progressivement l'existence. Il y a ce créateur mythique, 'Arnold', mort dans le parc  trente cinq ans auparavant, mais dont le souvenir subsiste inexplicablement dans certaines bribes de mémoires qui auraient dû être effacées. Il y a également ce mystérieux 'labyrinthe', que recherche inlassablement un cavalier noir (Ed Harris), aussi violent qu'ambigu.  Et puis, bien sûr, il y a cette foule de mini 'bugs', de rémanences mémorielles subites, qui  annoncent  l'irruption inéluctable  d'une apocalypse attendue.  Tout cela compose une montagne  de ténèbres et de mystères  dont la richesse potentielle et la profondeur menaçante semblent tellement attractifs et scintillants, que le spectateur peut craindre à juste titre un dégonflement in fine de la baudruche, à l'image de ce que nous avait réservé "Lost". Surtout que, dans les épisodes 7 à 9, les deux  expéditions (celle de Teddy - l'homme en noir et celle de Dolores - William) s'étirent de manière un peu excessive.

    Toujours est-il que cette première saison ouvre un abîme de réflexions sur une multitude de sujets qui s'ancrent dans le tréfonds de la création humaine : pouvoir suggestif de la mémoire, évolution du niveau de conscience, écartèlement entre le monde que l'on considère comme réel et les mondes 'surnaturels' auquels nombre de personnes ont un accès, même restreint, place de Dieu dans notre vie, inlassable quête de notre être authentique... Et cela, tout en offrant une multitude d'intrigues foisonnantes, stratifiées, aux renouvellements permanents, qui oscillent avec génie entre scénarios programmés et vie réelle, maintenant en permanence le spectateur dans un trouble qui décuple la dramaturgie de l'oeuvre. Il serait également injuste d'oublier de mentionner le charisme des acteurs, et nous ne sommes pas près d'oublier la charmante Dolores (Evan Rachel Wood), l'inquiétante Theresa, ou encore la troublante Maeve (Thandie Newton)...

    Une réussite totale, luxuriante, féconde, fascinante, d'une complexité parfois déroutante, et visuellement souptueuse.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.