" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com



CREATION DE FICHIERS 'DCP' POUR PROJECTION DANS UN CINEMA




          Un vidéaste amateur, réalisateur de courts-métrages, est un jour confronté au problème des encodages demandés par les Festivals.

       Un certain nombre demandent des fichiers encodés en Prores 422, ce qui est assez facilement effectué grâce à des logiciels gratuits tels Shutter Encoder.

    Mais si l'on envisage de frapper aux portes des Festivals de première grandeur, il est souvent demandé de fournir un fichier DCP. Et le cinéaste néophyte se rend très vite compte que c'est une sacrée galère pour transformer un fichier 'basique' .mp4 ou .mov' en un DCP acceptable par les appareils de projection des cinémas. Le plus 'simple', si l'on peut dire, est de faire effectuer cette transformation par un laboratoire. Les prix ne sont pas exorbitants, en général entre 200 € et 400 € pour un court métrage de 15', mais ce n'est pas non plus donné... ( A noter qu'un site propose ce travail pour un prix compris entre 5 et 30 € !!! Le résultat est-il à la hauteur ??? A tester... )

    Après avoir pas mal cherché sur Internet, j'ai fini par trouver à cette adresse un tutoriel conçu pour les diaporamas, mais tout à fait utilisable pour un film.

    Je vous livre ci-dessous mes premiers tâtonnements qui, peut-être, serviront à quelques cinéastes en herbe...

    Je suis parti d'un court métrage de 17'32, monté sur PowerDirector 17, étalonné sur le génial logiciel gratuit 'DaVinciResolve 15'.

Premier essai :

 
    Comme indiqué sur de nombreux tutoriels, j'ai sorti le film dans DaVinci Resolve sous forme d'images au format Jpeg2000. Ce qui fait environ 26 000 images pour 17' de film.

    J'ai ensuite téléchargé le logiciel gratuit DCP-o-matic 2 pour Windoxs 8.1 64bits.

    Avec le tutoriel indiqué ci-dessus, que l'on trouve sur Internet, j'ai fait plusieurs essais laborieux, car, à chaque fois que je renseignais une zone, le logiciel affichait 'ne répond pas' pendant 5 minutes, avant de reprendre du service.

    Le DCP a finalement été créé, mais les images affichaient une désaturation des couleurs effrayante, ce qui est d'ailleurs signalé dans nombre de forums. Peut-être un problème d'espace colorimétrique, car le REC 709 qui est la norme sur ordi avec DaVinci est très différent de l'espace DCI en salle de cinéma.

Deuxième essai :

    N'étant pas satisfait du résultat, qui plus est très difficile à apprécier, car, aussi bien sur le lecteur fourni par DCP-o-matic que sur VLC, ça saccade à tout va, j'ai tout effacé et j'ai tenté une nouvelle approche.

    J'ai sorti le film dans DaVinci Resolve 15 en 'format' MXF OP-Atom, avec le 'codec' Kakadu Jpeg2000 et le 'type' YUV 422 10-bit.

    Le logiciel m'a sorti plusieurs fichiers .MXF pour la vidéo et l'audio.

    Je suis retourné sur DCP-o-matic, et j'ai enfourné tout ça. Pas de gros problèmes, sinon que ça bugue toujours dès qu'on change un paramètre, mais au bout de quelques heures, un dossier DCP apparemment complet est sorti, avec, cette fois, une colorimétrie 'normale'.

   Poids : 24 Go pour 17'32 de film

Troisième essai :

    Nouvelle tentative, cette fois en sortant le film de DaVinci sous forme d'images DPX, en RGB 10 bits. Le poids des 26300 images en sortie est de 200 Go environ !

   Retour sur DCP-o-matic avec ce matériau. Au bout de 150 minutes, j'ai obtenu un dossier DCP apparemment complet.

    Poids : 36 Go pour les 17'32 de film.

    Est-ce que ça passera dans un projecteur de cinéma ? C'est encore un mystère. Mais l'essai sera fait prochainement dans l'un des cinémas proches qui accepte de tester les fichiers.

    Voilà pour le moment les premiers résultats de l'essai d'encodage.

    Le test : ( 2/08/2019 )

    Le cinéma 'Le Pavillon bleu' de Roquefort les Pins (06) a accepté très aimablement de tester le  dernier fichier DCP créé. Dans un premier temps, j'ai compris que, sur les nombreux dossiers générés par DCP-o-matic, seul un est utilisé pour la projection en salle de cinéma. A partir du titre du film, le logiciel crée, entre autres, un dossier nommé ( dans mon cas ) :

EnvolPhenixDcp_SHR-1-25_F_20_2K_20190716_SMPTE_OV

    Ce dossier de 18 Go comporte 24 éléments ( capture d'écran ci-dessous ), à la fois fichiers images et fichiers sons. Et il se suffit pour passer dans le projecteur cinéma de la salle.

    A vrai dire, je craignais le pire ! Après avoir lu de nombreux forums et articles sur la création de DCP, il semblait plus que hasardeux d'espérer un résultat ne serait-ce qu'acceptable. Les codages colorimétriques sont différents entre ordinateurs et salles de cinéma, les sons doivent être normalisés sous peine de distorsions majeures... Bref, de quoi angoisser...

    LA TRES BONNE NOUVELLE, c'est que le résultat est tout à fait satisfaisant. Images et sons sont tout à fait fidèles à ce que j'avais vu sur le banc de montage. Avec, bien sûr, quelques problèmes colorimétriques qui n'avaient pas pu être complètement corrigés, et une bande son très perfectible. Mais ces aléas ne sont aucunement imputables au transcodage en DCP.

    Il y a donc, pour les vidéastes amateurs, une possibilité aisée de transformer leurs fichiers .mp4 en DCP, sans passer par un laboratoire dédié, et sans se plonger dans 'Open DCP' qui est nettement plus complexe que 'DCP-o-matic'. Cela ne signifie pas bien entendu que, pour les films de semi-pro, techniquement très aboutis, un traitement professionnel ne soit pas préférable.



        

        

        

   


 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.